Khartoum suspend le dialogue avec Washington

Le président soudanais Omar al-Bashir prononce un discours lors de la célébration marquant les 59 ans de l'indépendance de son pays. Copyright de l’image ASHRAF SHAZLY
Image caption Le président soudanais Omar al-Bashir prononce un discours lors de la célébration marquant les 59 ans de l'indépendance de son pays.

Le président soudanais Omar el-Béchir a suspendu mercredi les discussions avec les Etats-Unis sur les sanctions économiques, au lendemain de l'extension de trois mois par Washington d'un embargo sur Khartoum, selon l'agence de presse Suna.

M. Béchir "a publié un décret présidentiel ordonnant la suspension du comité qui négociait avec les Etats-Unis".

Ce comité négociait depuis plus d'un an avec des responsables américains pour tenter d'obtenir la suppression de ces sanctions imposées à Khartoum depuis 1997.

Mardi, le président américain Donald Trump a prolongé de trois mois la période probatoire avant une éventuelle levée totale de ces mesures punitives.

Son prédécesseur Barack Obama est à l'origine de cette mesure qu'il avait décidé pour six mois.

Washington exige de Khartoum d'arrêter son soutien aux groupes rebelles au Soudan du Sud, la fin des hostilités dans les provinces du Darfour, du Nil-Bleu et du Kordofan-Sud et une coopération avec le renseignement américain contre le terrorisme.

L'administration américaine a reconnu "que le gouvernement du Soudan a fait des progrès importants dans beaucoup de secteurs", mais a elle expliqué "avoir besoin de plus de temps pour cette période probatoire".

Le ministre soudanais des Affaires étrangères Ibrahim Ghandour a dit mercredi "regretter" cette décision "qui intervient après de longues négociations entre le Soudan et les Etats-Unis".

"Les Etats-Unis, l'Europe, l'Afrique et la communauté internationale admettent que le Soudan a tenu ses engagements, c'est pourquoi nous ne voyons aucune raison d'étendre la période probatoire", a déclaré M.Ghandour

"Mais nous espérons toujours que les sanctions seront levées définitivement", a-t-il ajouté.

Sur le même sujet

Lire plus