Gambie : la justice éclaboussée par un scandale

La devanture de la cour suprême de Gambie (illustration) Copyright de l’image Getty Images
Image caption La devanture de la cour suprême de Gambie (illustration)

L'un des procureurs dans le procès des présumés meurtriers de Solo Sandeng, un opposant au président Yahya Jammeh parti en exile, vient d'être récusé après la diffusion audio de propos qui lui sont attribués.

Un enregistrement audio non authentifiée diffusée sur internet expose une conversation supposée entre le procureur Sheriff Tambedou et l'épouse de Yankuba Badjie, l'ancien directeur de la NIA, la police secrète de Yahya Jammeh.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Une marche pour commémorer le massacre des élèves gambiens par le régime de Jammeh le 10 avril 2000

Une voix d'homme supposée être celle du procureur Tambedou explique à la dame qu'il n'y aurait pas eu de procès devant les tribunaux si le dossier Solo Sandeng n'était que du ressort de son frère, le ministre de la Justice.

Ces propos ont suscité une indignation en Gambie où la mort de Solo Sandeng est considérée dans le pays comme le sacrifice ultime ayant poussé les gambiens à descendre dans la rue et à voter contre Yahya Jammeh.

Lire aussi:

La presse locale a beaucoup commenté ce sujet lundi et les gambiens de la diaspora ont demandé, dans les réseaux sociaux, la démission du procureur Sheriff Tambedou.

Ce dernier n'a pas assisté mardi, à la reprise du procès du directeur des services de renseignements sous Jammeh.