Mauritanie: deux marches de l'opposition réprimées

Les manifestations contre la révision constitutionnelle sont devenus fréquentes Copyright de l’image AFP
Image caption Les manifestations contre la révision constitutionnelle sont devenus fréquentes

En Mauritanie, deux marches d'une coalition de l'opposition ont été réprimées par la police mercredi soir à Nouakchott, la capitale du pays.

Les protestataires entendaient manifester leur opposition au referendum constitutionnel qui doit se tenir le 5 aout.

Plusieurs personnes ont été blessées. Sur des images postées sur Internet, des victimes en sang exhibent leurs blessures.

"Le pouvoir a montré l'irrespect qu'il a pour les libertés publiques en réprimant ces manifestations. Ici, nous allons continuer à manifester. Notre détermination est grande de ne pas accepter la répression de la liberté d'expression", s'est indigné Mohamed Ould Moloud, président du parti Union des forces du progrès, opposition

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz poursuit ses meetings à l'intérieur du pays en faveur des amendements constitutionnels proposés.

SUR LE MEME SUJET

Mauritanie: manifestation de l'opposition

Un condamné à mort va être rejugé

Mauritanie : l'opposition pour un boycott du référendum

Changement de constitution

Copyright de l’image AFP
Image caption Les Mauritaniens sont appelés à se prononcer sur ces changements constitutionnels.

Les Mauritaniens sont appelés à se prononcer sur ces changements constitutionnels.

Les 1,4 millions d'électeurs vont valider les principaux amendements et modifier du drapeau national, selon la Commission électorale.

Le projet de révision a été élaboré lors d'un dialogue en septembre-octobre entre le pouvoir et l'opposition dite modérée, qui appellent à voter oui.

Outre la suppression du Sénat, qui serait remplacé par des Conseils régionaux élus, le projet prévoit celle de la Haute cour de justice, du médiateur de la République et du Haut conseil islamique.

Il propose également d'ajouter sur le drapeau deux bandes rouges, symbolisant le sang versé par les "martyrs de la résistance" à la colonisation française.

Sur le même sujet