Bénin : projet de loi contre le gaspillage dans les cérémonies

Au cours des funérailles, tout rassemblement ayant pour effet des réjouissances à cette occasion sera également interdit, d'après cette loi. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Au cours des funérailles, tout rassemblement ayant pour effet des réjouissances à cette occasion sera également interdit, d'après cette loi.

Au Bénin, une proposition de loi vise à réprimer les dépenses excessives à l'occasion des cérémonies familiales.

Initiée par le député Nazaire Sado, ce projet dispose en son article 2 qu'en cas de décès, "le montant total des dépenses en denrées, boissons et services de toute nature (achat de fosse, de cercueil, habillement de la personne décédée, frais de morgue…), effectuées tant par l'organisateur que par les participants, ne peut être supérieur à 500.000 FCFA".

Invité d'une émission dans une télévision privé, l'initiateur de la proposition annonce aussi que la consommation de l'alcool sera strictement interdite et que seule l'eau sera autorisée.

Au cours des funérailles, tout rassemblement ayant pour effet des réjouissances à cette occasion sera également interdit, d'après cette loi.

"Les décès et inhumations ne peuvent donner lieu à aucun rassemblement autres que ceux prescrits par les rites religieux ou tendant à manifester l'affliction, causée par la disparition du défunt. La consommation de boissons alcoolisées au cours des rassemblements autorisés ou non autorisés est strictement interdite.", indique le projet de loi.

Le texte interdit aussi les longues visites de soutien aux personnes éplorées.

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le texte interdit aussi les longues visites de soutien aux personnes éplorées.

LIRE AUSSI

Bénin : explosion d'une station-service

Bénin : la vidéosurveillance contre l'insécurité

Bénin: des chenilles menacent le maïs

"Les personnes dont la présence n'est pas indispensable aux proches parents du défunt ne peuvent séjourner plus de vingt-quatre heures consécutives après l'enterrement dans la maison mortuaire ou dans ses dépendances".

Par ailleurs, la proposition de loi précise que le corps de la personne décédée ne doit plus excéder 5 jours à la morgue car une cotisation de la famille permettra très rapidement de mobiliser les 500.000F CFA pour l'enterrement.

A en croire l'honorable Nazaire Sado, la mise en oeuvre effective de cette loi en gestation dépend de chaque citoyen. "Une simple dénonciation d'un individu suffit pour que la police se déploie sur le lieu pour constater" a-t-il précisé.

Le non-respect de cette loi entrainera des sanctions une fois la loi votée.

A en croire l'honorable Nazaire Sado, les sanctions vont d'un payement d'une amende de 100.000 FCFA à un 1 Million de FCFA et 01 mois à 06 mois d'emprisonnement.

Sur le même sujet