Guinée Equatoriale: un journal retiré de la vente

Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le journal Ebano a en fait publié l'interview du journaliste indépendant Samuel Obiang Mbana, correspondant de plusieurs médias internationaux en Guinée équatoriale.

En Guinée équatoriale, le dernier numéro de l'hebdomadaire Ebano doit être retiré des kiosques et les stocks restants brulés.

C'est une décision du ministère de l'Information à la suite de la publication dans ce journal pro-gouvernement d'une interview dénonçant la censure et l'absence de protection des journalistes de ce pays d'Afrique centrale.

Le journal Ebano a en fait publié l'interview du journaliste indépendant Samuel Obiang Mbana, correspondant de plusieurs médias internationaux en Guinée équatoriale.

"La presse nationale est en prison, il y a beaucoup de censure et c'est très mauvais pour la profession", avait affirmé le journaliste dans cet entretien intitulé "les journalistes de Guinée équatoriale sont sans protection".

LIRE AUSSI

Guinée-Equatoriale : les élèves enceintes restent à la maison

L'accueil de Jammeh est "une décision personnelle"

Malabo contre Paris, devant la CIJ

Juste après publication, le ministre équato-guinéen de l'information a demandé de retirer tous les journaux Ebano qui avaient déjà été distribués et de brûler ensuite le numéro.

Le ministère de l'information estime qu'on ne peut pas publier un article pour dire que les journalistes ne sont pas protégés.

Samuel Obiang Mbana a lui-même était brièvement interpellé.

Un responsable d'Ebano a confirmé le retrait des journaux des kiosques. Mais il a déclaré qu'il avait été demandé au journal d'"archiver" le numéro contenant l'interview.

Sur le même sujet