Près de 250 personnes tuées au Kasaï, selon l'Onu

Selon un rapport publié vendredi par les Nations unies, ces violences ont été perpétrées par des agents de l'Etat, des milices ou des rebelles. Copyright de l’image AFP
Image caption Selon un rapport publié vendredi par les Nations unies, ces violences ont été perpétrées par des agents de l'Etat, des milices ou des rebelles.

Près de 250 personnes, dont une soixantaine d'enfants, ont été victimes d'exécutions extrajudiciaires dans la région du Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo.

Selon un rapport publié vendredi par les Nations unies, ces violences ont été perpétrées par des agents de l'Etat, des milices ou des rebelles.

Ce bilan a été dressé par une équipe d'enquêteurs du Haut-Commissariat des droits de l'homme de l'ONU sur les massacres ethniques dans la région du Kasaï.

Depuis août 2016, la région du Kasaï fait face à des violences dues aux affrontements entre la milice Kamwina Nsapu et l'armée congolaise.

Les exécutions dénoncées vendredi ont été commises entre le 12 mars et le 19 juin, indique le Haut-commissariat, qui ajoute que sa Mission en RDC a recensé "au moins 80 charniers dans la région".

LIRE AUSSI

RDC : polémique sur le renvoi de la présidentielle

Assassinat des deux experts de l'ONU en RDC: procès attendu

RDC: 3,7 millions de déplacés internes