Démission du leader de l'opposition marocaine

Copyright de l’image AFP
Image caption lyas El Omari avait pris début 2016 les rênes du PAM, formation fondée en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche conseiller du roi du Maroc.

Le leader de l'opposition marocaine, Ilyas El Omari, secrétaire général du Parti authenticité et modernité (PAM, libéral), a présenté lundi soir sa démission.

Chef du principal parti d'opposition au Maroc, ancien militant d'extrême gauche, M. El Omari, est également le président de la région nord du Maroc, épicentre d'un mouvement de contestation qui secoue la région du Rif (nord) depuis dix mois.

Selon la presse locale, cette démission aurait un lien avec la crise d'Al-Hoceïma.

Les élus locaux de la région, pour la plupart issus du PAM, n'ont pas su nouer le dialogue avec les protestataires pour apaiser les tensions, d'après les médias.

Sa démission intervient une semaine après un discours critique du roi envers des "partis aux abonnés absents" qui "ne remplissent nullement leur mission"dans la gestion de la crise dans le Rif.

SUR LE MEME SUJET

Mouhcine Fikri: 11 personnes présentées à un juge

Maroc : indignation à Al Hoceima

Maroc: nouvelle manifestation à Al-Hoceima

Ilyas El Omari avait pris début 2016 les rênes du PAM, formation fondée en 2008 par Fouad Ali El Himma, un proche conseiller du roi du Maroc.

En conférence de presse, il a évoqué une décision "individuelle" et "indépendante", qui n'a "aucune relation avec ce qui se passe à Al-Hoceïma".

Selon lui, sa décision est motivée par "le non-respect" de certains élus du PAM des "orientions" du parti et des "engagements pris envers les électeurs", se présentant lui-même comme le "premier responsable".

Sur le même sujet