Magufuli refuse de s'éterniser au pouvoir

Copyright de l’image AFP
Image caption John Magufuli a rejeté lundi ces appels à étendre son mandat au-delà de la limite constitutionnelle de deux mandats de cinq ans.

Le président tanzanien, John Magufuli, a promis de respecter la constitution de son pays malgré les appels pressants de ses supporteurs qui lui demandent de s'éterniser au pouvoir.

Plusieurs personnalités dont l'ancien président Ali Hassan Mwinyi, au pouvoir de 1985-1995, ont lancé un appel en ce sens.

John Magufuli a rejeté lundi ces appels à étendre son mandat au-delà de la limite constitutionnelle de deux mandats de cinq ans.

Selon les supporteurs du président tanzanien, dans la région, plusieurs dirigeants, dont Yoweri Museveni d'Ouganda, Paul Kagame du Rwanda et Pierre Nkurunziza du Burundi ont tous manipulé leurs constitutions pour rester au pouvoir.

LIRE AUSSI

Magufuli expulse la responsable du Pnud en Tanzanie

Magufuli renvoie 10 000 fonctionnaires

Tanzanie : le rappeur Roma Mkatolik réapparait

"Je respecterai la constitution"

Copyright de l’image AFP
Image caption Magufuli a été élu en octobre 2015 pour son premier mandat et n'a pas encore indiqué s'il chercherait à être réélu à la prochaine élection de 2020.

"C'est impossible. Je respecterai la constitution. J'ai juré de la défendre. Je jouerai ma partition et transmettra les rênes du pays au prochain président le moment venu", a indiqué Magufuli, lors d'un meeting à Tanga une ville côtière, après qu'un député de son parti a appelé à une extension de son mandat à au moins 20 ans.

Magufuli a été élu en octobre 2015 pour son premier mandat et n'a pas encore indiqué s'il chercherait à être réélu à la prochaine élection de 2020.

Le dirigeant tanzanien surnommé Bulldozer" a gagné la confiance de certains donateurs occidentaux pour son abnégation à lutter contre la corruption.

Dans sa volonté d'éliminer la corruption dans son pays, il a limogé plusieurs personnalités dont des ministres, des milliers de fonctionnaires ainsi que le chef de la cellule anti-corruption du gouvernement et celui du service des impôts.

La Tanzanie, considérée comme la plus stable démocratie en Afrique subsaharienne, a organisé cinq élections multipartites relativement pacifiques.

Sur le même sujet