Côte d'Ivoire: les pro-Soro s'organisent

C'est l'effervescence ces deux derniers mois parmi les pro-Soro. Copyright de l’image AFP
Image caption C'est l'effervescence ces deux derniers mois parmi les pro-Soro.

En Côte d'ivoire, le président de l'Assemblée nationale, reçoit de plus en plus le soutien de mouvements, initiatives et organisations.

Né aujourd'hui, l'Amicale des forces nouvelles se définit comme une organisation en faveur de l'action de Guillaume Soro pour la paix et le pardon.

En quelques mois, mouvements, alliances et organisations fleurissent autour du président de l'Assemblée nationale.

C'est l'effervescence ces deux derniers mois parmi les pro-Soro.

Les démonstrations de soutien se succèdent.

La dernière en date, l'Amicale des forces nouvelles « encourage le président Guillaume Kigbafori Soro et le soutient dans son engagement à voir triompher l'initiative du Pardon et de la Réconciliation ».

Copyright de l’image AFP
Image caption Tous ces mouvements et autres alliances se disent au-dessus des intérêts partisans et politiques.

LIRE AUSSI

Amadou Gon Coulibaly nommé Premier Ministre

Un proche de Soro entendu par la gendarmerie

Les avocats de Bassolé satisfaits

Un appel que Guillaume Soro avait lancé lors de son discours de rentrée parlementaire, c'était le 3 avril 2017.

Quelques semaines plus tard naissait l'alliance du 3 avril regroupant des députés proches de M.Soro.

En juillet dernier, la très discrète union des soroistes qui existait en silence depuis plus de 2 ans, a fait sa rentrée politique en grande pompe.

Il est difficile de voir dans ces multiplications d'organisation une simple coïncidence.

Tous ces mouvements et autres alliances se disent au-dessus des intérêts partisans et politiques.

Avec pour leitmotiv, paix réconciliation et pardon.

Copyright de l’image AFP
Image caption En juillet dernier, la très discrète union des soroistes qui existait en silence depuis plus de 2 ans a fait sa rentrée politique en grande pompe.

Il y a juste quelques semaines, Guillaume Soro avait fait une déclaration oú il demandait pardon aux ivoiriens mais aussi à Alassane Ouattara et même à Laurent Gbagbo.

D'ailleurs certaines de ces organisations regrettent l'absence de l'ancien président Gbagbo en Côte d'ivoire et demandent la libération tous ses partisans emprisonnés.

Le message à peine voilé est que la politique de réconciliation est un échec du pouvoir en place.

Bref même s'il ne s'agit pas de partis politiques, ces mouvements ratissent large.

L'objectif est de séduire les partisans voir les déçus aussi bien du pouvoir que de l'opposition mais surtout ils semblent préparer le terrain pour les ambitions de Guillaume Soro.

Sur le même sujet