Dlamini Zuma: "La justice doit suivre son cours"

Mme Zuma considère que le comportement d'une femme ne doit pas affecter d'autres femmes qui aspirent à avoir des positions de leadership. Copyright de l’image AFP
Image caption Mme Zuma considère que le comportement d'une femme ne doit pas affecter d'autres femmes qui aspirent à avoir des positions de leadership.

L'ancienne présidente de la commission de l'Union africaine, Nkosazana Dlamini-Zuma, déclare que la justice doit suivre son cours dans le dossier de Grace Mugabe, la première dame du Zimbabwe, accusée d'avoir agressé une Sud-Africaine.

"Quand on bat une personne, c'est mal et la justice doit suivre son cours", a-t-elle dit.

Mme Zuma considère que le comportement d'une femme ne doit pas affecter d'autres femmes qui aspirent à avoir des positions de leadership.

Selon elle, les femmes sont des êtres humains, qui peuvent faire des erreurs comme en font les hommes.

LIRE AUSSI

L'alliance démocratique pour l'arrestation de Mme Mugabe

Copyright de l’image AFP
Image caption Gabriella Engels, la victime présumée

L'opposition sud-africaine a appelé, pour sa part, à l'arrestation de la première dame du Zimbabwe.

"Il est essentiel que l'Afrique du Sud s'assure que Grace Mugabe ne fuit pas le pays afin d'échapper à la justice. Elle doit rendre tous ses passeports pour éviter un tel scénario, et doit être arrêtée pour répondre aux charges de coups et blessures qui pèsent sur elle ", a déclaré l'Alliance démocratique (DA) dans un communiqué.

Selon ce parti, personne n'est au-dessus des lois et la DA fera tout son possible pour s'assurer que Mme Mugabe ne soit pas autorisée à fuir l'Afrique du Sud avant qu'elle ne réponde de ses actes.