Paris : mini-sommet sur la migration

Quant au libyen Fayez Al Sarraj, il a sollicité des équipements modernes pour les gardes côtes qui font face aux passeurs de migrants en mer. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Quant au libyen Fayez Al Sarraj, il a sollicité des équipements modernes pour les gardes côtes qui font face aux passeurs de migrants en mer.

Des chefs d'État et de gouvernement européens et africains se sont réunis à Paris lundi pour évoquer la gestion des flux migratoires en provenance d'Afrique.

La France suggère d'identifier les migrants qui ont droit à l'asile a partir du Niger et du Tchad.

De leurs côtés, les dirigeants africains présents à Paris attendent des Européens un engagement plus important dans la lutte contre l'immigration illégale.

Il s'agit d'Idriss Deby Itno du Tchad, de Mahamadou Issoufou du Niger et du chef du gouvernement d'entente nationale libyen, Fayez Al Sarraj.

Le président nigérien a expliqué que son pays ''a conçu un plan de lutte contre la migration clandestine avec un aspect sécuritaire et une dimension liée au développement''.

Lire aussi :

De son côté, le chef de l'Etat tchadien attend des partenaires européens un effort financier plus important dans l'aide au développement.

Quant au libyen Fayez Al Sarraj, il a sollicité des équipements modernes pour les gardes côtes qui font face aux passeurs de migrants en mer.

Dans la déclaration finale du mini-sommet, les Européens "reconnaissent qu'il est nécessaire" d'augmenter l'aide au Niger et au Tchad.

Ils soulignent aussi l'importance "d'équiper et de former de manière adéquate les garde-côtes libyens".

Sur le même sujet

Lire plus