Guinée: manifestations à Boké

Des manifestants barricadent la route dans une banlieue de Conakry en 2006 (illustration) Copyright de l’image Getty Images
Image caption Des manifestants barricadent la route dans une banlieue de Conakry en 2006 (illustration)

La ville minière de Boké, située à 300 km de Conakry, était "occupée" vendredi par des manifestants.

Les jeunes qui s'insurgent contre l'absence d'eau et d'électricité dans la ville ont saccagé le siège local du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), le parti au pouvoir.

"Les jeunes armés de gourdins, de cailloux et d'armes blanches ont érigé des barricades dans le centre-ville et dans les périphéries", a expliqué un témoin.

Le gendarme à la retraite Adama Doumbouya, joint au téléphone, a signalé que "les forces de sécurité venues de Conakry ont été obligées de se replier dans une caserne".

Selon lui, le colonel Hassane Tounkara, à l'occasion de la prière du vendredi, a demandé aux manifestants de lever les barrages.

En sa qualité de commissaire de police de la ville, il a lancé cet appel pour libérer "plus de 150 véhicules bloqués à l'entrée de la ville".

Lire aussi:

Almamy Conté, un marchand, a rapporté que la "la tension est vive et les manifestants devenus de plus en plus nombreux au centre de la ville".

Les manifestations, qui avaient pacifiquement démarré mardi, ont déjà fait deux morts et une soixantaine de blessés, selon des sources médicales.

L'électricité est absente dans la ville à la suite d'une panne survenue à la centrale locale dans la nuit du 4 au 5 septembre.

Sur le même sujet