Cameroun: tensions à Bamenda et Buéa

Media playback is unsupported on your device
Cameroun : Manifestation à Bamenda (Vidéo)

Au Cameroun, la tension est vive vendredi matin à Bamenda et Buéa, deux villes des régions anglophones du pays en crise depuis plusieurs mois.

Des dizaines de milliers de manifestants anglophones sont dans les rue de Bamenda depuis vendredi matin.

Ils réclament l'indépendance et la libération de tous les détenus arrêtés dans le cadre de la crise qui secoue depuis près d'un an dans le sud-ouest et le nord-ouest, deux régions anglophones du Cameroun.

La manifestation sous le regard des force de l'ordre a lieu alors que les autorités ont récemment interdit des manifestations publiques dans la région, ceci jusqu'au 3 octobre prochain.

LIRE AUSSI

Cameroun: une école brulée à Bamenda

Cameroun : explosion de deux bombes artisanales à Bamenda

Au moins deux morts au Cameroun

Image caption Des députés et sénateurs SDF et UPC, accompagnés de leur partisans, réclament des sanctions contre les forces de l'ordre ayant tiré sur des manifestants. (Novembre 2016)

Cette manifestation très tendu à lieu alors que le président Paul Biya va prendre la parole devant l'Assemblée générale des Nations unies.

"Trop c'est trop", chantent ces dizaines de milliers de manifestants anglophones.

"Le problème est devenus incontrôlable parce que le président ne veut pas aux deux régions anglophones du Cameroun. Nous somme sortie parce qu'il faut que le monde sache qu'il y a un problème, nous voulons qu'il vienne s'adresser aux Camerounais", indique un manifestant.

Sur les pancartes brandit par ces manifestants, on peut lire " Libérez tous les anglophones détenus", "le retour des élèves à l'école n'est pas la solution aux revendications des anglophone", libérez "Mancho BBC", nom de l'un des meneurs de la contestation qui a éclaté début octobre 2016.

" Tous nos hommes, nos frères des régions anglophones, il faut les libérer avant qu'on commence le dialogue sinon on n'acceptera jamais le dialogue", ajoute une autre manifestante.

Sous le regard des forces de l'ordre posté à divers endroit de la ville, ces manifestants vont à leur passage hisser les drapeaux du mouvement sécessionniste qui revendique l'autonomie des régions anglophones du Cameroun.