Rwanda: Diane Rwigara en garde-à-vue

Copyright de l’image AFP
Image caption Mme Rwigara, sa mère et sa soeur, avaient déjà été interpellées début septembre avant d'être relâchées, après une semaine d'interrogatoire selon sa famille.

L'opposante rwandaise Diane Rwigara est en garde à vue dans les locaux de la police où elle est interrogée en même temps que sa mère et sa soeur, après leur arrestation samedi.

"Lors de l'enquête en cours, la police a découvert des preuves crédibles liant le trio à des infractions contre la sécurité de l'Etat", d'après un communiqué du porte-parole de la police rwandaise Theos Badege.

Mme Rwigara, sa mère et sa soeur, avaient déjà été interpellées début septembre avant d'être relâchées, après une semaine d'interrogatoire selon sa famille.

Elles étaient alors entendues pour des faits présumés d'évasion fiscale.

Diane Rwigara était également soupçonnée de contrefaçon de documents dans le cadre de sa tentative de candidature à la présidentielle du mois d'août.

Diane Rwigara avait dénoncé le caractère politique selon elle de ses ennuis judiciaires, ajoutant que la police lui avait confisqué ses papiers d'identité, ordinateurs et autres téléphones.

"Je suis punie pour m'être levée contre l'oppression et dire ce que je pense", avait-elle déclaré.

LIRE AUSSI

Des opposants arrêtés au Rwanda

Londres critique Kagamé

Kagamé: une victoire à 98,8%

Copyright de l’image AFP
Image caption Diane Rwigara avait pris ses distances avec le FPR après le décès de son père en février 2015, dans un accident de la route, selon la police.

Diane Rwigara est la fille d'Assinapol Rwigara, un important entrepreneur rwandais qui avait fait fortune dans l'industrie et l'immobilier.

Dans les années 1990, il avait largement financé le Front patriotique rwandais (FPR) de M. Kagame avant que celui-ci ne renverse le pouvoir extrémiste hutu en juillet 1994, mettant fin au génocide.

Diane Rwigara avait pris ses distances avec le FPR après le décès de son père en février 2015, dans un accident de la route, selon la police.

Elle avait contesté cette version et dénoncé un "assassinat".

Sur le même sujet