Burkina: rencontre avec les "Pionniers de la Révolution"

L'orchestre composé de jeunes garçons de 5 à 12 ans, a été créé par le capitaine Thomas Sankara, pour chanter la révolution et surtout porter le flambeau. Copyright de l’image Creative Common/wikipedia
Image caption L'orchestre composé de jeunes garçons de 5 à 12 ans, a été créé par le capitaine Thomas Sankara, pour chanter la révolution et surtout porter le flambeau.

"Les Pionniers de la Révolution", une des structures chargées de porter la révolution burkinabè, étaient composés de musicien qui accompagnaient le président Sankara dans ses déplacements à l'intérieur du Burkina mais aussi à l'étranger.

Il y a les pionniers avec les petits chanteurs au poing levé et les colombes.

Leurs missions étaient de promouvoir les idéaux de la révolution d'Aout 83 et de valoriser l'image du pays.

30 ans après, rencontre avec des anciens membres qui racontent des souvenirs de vie d'artiste au côté d'un président passionné de musique.

Ce sont les chants que fredonnait Remeca, ancienne membre des petits chanteurs aux poings levés.

Copyright de l’image AFP
Image caption "Les Pionniers de la Révolution", une des structures chargées de porter la révolution burkinabè, étaient composés de musicien qui accompagnaient le président Sankara dans ses déplacements à l'intérieur du Burkina mais aussi à l'étranger.

L'orchestre composé de jeunes garçons de 5 à 12 ans, a été créé par le capitaine Thomas Sankara, pour chanter la révolution et surtout porter le flambeau.

Recruté après un test, Abdoulaye Traore était bassiste et chef d'orchestre.

A côté des petits chanteurs aux poings levés, il y avait aussi "Les Colombes de la révolution", un autre orchestre regroupant des jeunes filles et considéré comme un programme de valorisation de la femme.

Leur rôle est de promouvoir la femme mais aussi de contribuer à la réussite de la révolution.

Fatou Diallo, chef d'orchestre, et ses camarades voyageaient partout avec le président.

Mais le vrai chef s'appelle Thomas Sankara.

Passionné de musique, il était presqu'à toutes les répétitions et jouait le coach se souvient Remeca aujourd'hui artiste musicienne.

Mais l'idée du président Sankara était avant tout de former une relève pour la révolution.

Chaque répétition débutait par les slogans de l'époque.

Lire aussi Pourquoi Sankara est-il une icône africaine

''Pionniers oser lutter savoir vaincre...La patrie ou la mort nous vaincrons avant de commencer chaque concert''

Les pionniers ont fait le tour des pays de la sous-région, sont allés à Cuba, en Libye, mais aussi en Corée du nord.

Copyright de l’image AFP
Image caption Le Capitaine Sankara était un passioné de musique

A chaque sortie le répertoire tourne autour de la révolution burkinabè témoigne Rémeca.

Fatou Diallo peut entonner son chant souvenir, celui qui a bercé sa jeunesse.

En plein entrainement le 15 octobre, ils avaient entendu des coups de feu retentir au loin.

Le lendemain, le groupe apprend la disparition de leur leader.

Abattus et découragés, ils ont échoué dans leurs nombreuses tentatives de relancer l'orchestre.

Mais Remeca dit faire aujourd'hui de la musique grâce à la flamme allumée en elle par Sankara.

Sur le même sujet