Les Burundais appelés à contribuer pour les élections

Le Burundi dépendait en grande partie de ses partenaires pour le financement des élections. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le Burundi dépendait en grande partie de ses partenaires pour le financement des élections.

A partir de janvier 2018, tous les Burundais doivent mettre la main à la poche pour l'organisation des élections de 2020.

La mesure suscite des controverses même si l'ordonnance du ministre de l'intérieur précise que les contributions sont volontaires.

Pour les fonctionnaires, des retenues mensuelles seront opérées sur les salaires alors qu'il n'y a pas eu de consultations préalables.

Les paysans payeront chacun 2000 francs burundais par an, les étudiants et élèves en âge de voter débourseront 1000 francs.

Pour le président de la confédération des syndicats du Burundi, Tharcisse Gahungu, il aurait fallu des négociations préalables car "on ne peut pas toucher au salaire de quelqu'un sans qu'il soit d'accord''.

''Je crois que si c'est volontaire, chacun devrait fixer un montant qu'il doit donner en fonction de ses revenus et de ses engagements. Mais si c'est fixé par quelqu'un d'autre, je doute un peu du caractère volontaire ", ajoute-t-il.

Tharcisse Gahungu demande donc un dialogue social pour fixer les montants et les délais de paiement.

Le Burundi dépendait en grande partie de ses partenaires pour le financement des élections.

Suite à la candidature contestée de Nkurunziza, les financements promis n'ont pas été honorés pour le scrutin de 2015.

Le gouvernement fait donc appel au sens patriotique des Burundais pour financer à 100% les élections de 2020.

Sur le même sujet

Lire plus