Tunisie: le Printemps arabe célébré dans la contestation

La Tunisie a célébré dimanche l'anniversaire de sa révolution sous le signe de la contestation. Copyright de l’image Reuters
Image caption La Tunisie a célébré dimanche l'anniversaire de sa révolution sous le signe de la contestation.

La Tunisie a célébré dimanche l'anniversaire de sa révolution sous le signe de la contestation.

Il y a 7 ans, le 14 janvier 2011, le président Zine el Abedine Ben Ali quittait le pouvoir et le pays.

C'était le début du printemps arabe.

Comment les tunisiens ont-ils célébré ce jour ?

14 Janvier 2011 : des milliers de tunisiens descendent dans les rues de Tunis pour dire «dégage» au gouvernement de Ben Ali.

Sept ans plus tard, ils sont tout aussi nombreux.

Encadrés par un déploiement sécuritaire massif, des familles, jeunes activistes, citoyens de tous âges, sont venus pour une grande partie faire part de leur mécontentement.

Pour cette activiste arrivée de la ville de Kasserine, ce sont les classes moyennes et pauvres qui sont touchées par la loi des finances, en ce jour les chômeurs, les travailleurs journaliers ont rejoint les mouvements pour la contestation dit-elle.

"Le couffin est vide" ont montré symboliquement des manifestants, "nous continuerons la lutte" ou encore "ni peur ni terreur la rue appartient au peuple" a scandé la foule.

La semaine du 8 Janvier a été secouée par des protestations pour dénoncer la hausse des prix.

Aussi, certains tunisiens avouent être nostalgiques de l'ère de Ben Ali comme ces commerçants.

En sept ans la transition démocratique a été saluée de par le monde mais le chômage, la baisse du pouvoir d'achat et l'écart entre les régions restent des problèmes importants dans le pays.

Pour rassurer les citoyens la loi contre la spéculation des prix des produits de base pourrait-être bientôt révisée afin de rassurer les citoyens. Explication du ministre du commerce Omar Behi.

Le gouvernement a également prévu une augmentation d'environ 20% des allocations sociales pour les familles nécessiteuses, la gratuité des soins pour les chômeurs ainsi que des facilités de prêts bancaires pour des milliers de familles pauvres.

Sihem Hassaini

Tunis

BBC Afrique

Sur le même sujet

Lire plus