RDC : au moins cinq morts à Kinshasa

A Kinshasa, la police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour disperser des manifestations anti-kabila
Image caption A Kinshasa, la police a tiré des gaz lacrymogènes et des balles réelles pour disperser des manifestations anti-kabila

Au moins cinq manifestants ont été tués dimanche dans des manifestations interdites à Kinshasa selon un bilan provisoire de la mission de l'Onu au Congo (Monusco).

Selon toujours la Monusco, trente-trois (33) manifestants ont été blessés et soixante-neuf (69) autres interpellés.

Les forces de police ont été déployées dans la capitale congolaise pour empêcher une marche organisée par le Comité Laïc de Coordination (CLC) pour exiger l'application de l'accord de la Saint sylvestre de décembre 2016 ainsi que le départ du président Joseph Kabila arrivé en fin de mandat.

A l'église Saint Joseph de Kinshasa, une cinquantaine de casques bleus de la mission des Nations Unies au Congo ont été déployés entre manifestants et policiers pour empêcher d'éventuels affrontements.

Hier, des check-points composés par la police et l'armée à Kinshasa effectuaient des fouilles et contrôles d'identité.

Le réseau internet a été coupé dans la nuit de samedi à dimanche à Kinshasa.

Le 31 décembre dernier, des manifestations similaires, également organisées par le CLC avaient été violemment réprimées par les forces de l'ordre.

Au moins six personnes avaient été tuées lors de ces évènements selon la Monusco et l'Episcopat congolais, et aucun d'après les autorités.

Des dizaines de manifestants avaient été également arrêtés.

Lire plus