Libéria: "Mister George" prête serment

liberia, monrovia, weah, football, président, présidence, politique
Image caption Le président élu, George Weah a joué un match amical opposant une équipe d'anciens internationaux libériens et amis aux Forces armées libériennes.

Enfant de Monrovia devenu star planétaire du foot dans les années 1990, George Weah réalise le rêve de sa seconde vie en prêtant serment lundi comme président du Liberia, 15 ans après la fin de sa carrière et de la guerre civile.

Avant le match qui s'est achevé sur un score de 2-1, Weah a déclaré aux journalistes qu'il trouvait déplacées les critiques sur son manque de préparation pour gouverner le pays.

« Vous voulez me voir comme un ancien footballeur mais je suis un être humain, je m'efforce d'être excellent et je peux réussir », a-t-il déclaré.

A 51 ans, l'ex-attaquant vedette du PSG et du Milan AC succède à Ellen Johnson Sirleaf, 79 ans, première femme élue chef de l'Etat en Afrique.

Au lendemain de sa large victoire au second tour de l'élection présidentielle le 26 décembre, avec 61,5% des voix, face au vice-président sortant Joseph Boakai, il s'est engagé à "transformer la vie de tous les Libériens" en mettant en place "une gouvernance publique en faveur des plus pauvres".

Image caption Des volontaires s'affairaient dimanche aux dernières décorations dans les rues de Monrovia, passant les ultimes couches de peinture dans une capitale où beaucoup nourrissent l'espoir d'un véritable changement dans leurs vies quotidiennes.

Un rêve devenu réalité

Seul Africain à avoir remporté le Ballon d'or, en 1995, Georges Weah est entré en politique à la fin du conflit.

Pendant la guerre civile, il avait appelé l'ONU à sauver le Liberia. En représailles, des rebelles de la milice de Charles Taylor avaient brûlé sa maison de Monrovia et pris en otage deux de ses cousines.

Adulé des jeunes, George Weah est pourtant battu au second tour de la présidentielle de 2005 par Ellen Johnson Sirleaf, puis comme candidat à la vice-présidence en 2011.

En décembre 2014, George Weah remporte son premier mandat en devenant sénateur, distançant très largement l'un des fils de Mme Sirleaf.

A l'élection de 2017, son choix comme colistière de l'influente sénatrice Jewel Howard-Taylor, ex-épouse de Charles Taylor, condamné en 2012 par la justice internationale à 50 ans de prison pour crimes contre l'humanité et crimes de guerre en Sierra Leone voisine, suscite les interrogations.

Au complexe sportif Samuel Kanyon Doe à Paynesville, dans la capitale Monrovia, les préparatifs vont bon train. C'est ce stade qui doit abriter la finale d'une cérémonie d'événements entourant l'investiture du président élu George Weah et de sa colistière Howard Taylor, ce lundi dès 9h45.

Sur le même sujet

Lire plus