Tchad : des manifestants condamnés à 4 mois de prison

Vincent Niebédé, N'Djamena, BBC Afrique

Copyright de l’image Reuters
Image caption Les manifestations antigouvernementales sont systématiquement interdites au Tchad.

Une trentaine de personnes, dont des élèves et des badauds, ont été condamnés à quatre mois de prison par la justice tchadienne pour avoir tenu des manifestations antigouvernementales.

Leurs avocats contestent les chefs d'inculpation d'attroupement et de troubles à l'ordre public pour lesquels ils ont été condamnés.

Les avocats des prévenus affirment que leurs clients ont été interpellés chez eux, ce qui fait dire à l'un d'eux, Me Midaye Guerimbay, que "la décision du tribunal est injuste".

Au départ, une cinquantaine de personnes mises en cause dans la même affaire ont été présentées au tribunal.

Mesures d'austérité

Trois d'entre elles ont été libérées en raison d'une "procédure judiciaire viciée", 13 autres ont été relaxées au bénéfice du doute, et les autres ont été envoyées en prison pour "quatre mois ferme", a déclaré Mahamat Saleh Youssouf, procureur de la République, près le tribunal de grande instance de N'Djamena.

Les prévenus sont condamnés pour troubles à l'ordre public, destruction de biens appartenant à autrui, attroupements non autorisés, coups et blessures volontaires sur les éléments de la police.

La réduction des salaires des fonctionnaires a engendré la fermeture de nombreux hôpitaux et écoles au Tchad.

Des manifestations sont souvent organisées pour protester contre les mesures d'austérité.

Les organisateurs de ces rassemblements sont violemment réprimés par la police.

Les manifestations antigouvernementales sont systématiquement interdites par les autorités tchadiennes, qui ont autorisé au moins une manifestation, en décembre dernier, de la coalition "Touche pas à mes acquis", constituée de partis fidèles au gouvernement.

Sur le même sujet