Togo : des journalistes sous pression

Une scène de confrontation entre forces de l'ordre et manifestants à Lomé. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Une scène de confrontation entre forces de l'ordre et manifestants à Lomé (illustration).

Des journalistes subissent des pressions depuis la publication d'un rapport sur les exactions liées à la crise socio-politique dans le pays.

Ce que dénonce Carlos Ketohou, le président du patronat de la presse togolaise.

"Nous dénonçons dans notre communiqué les entraves infligées à la presse dans notre pays depuis un certain temps. Ces pressions vont dans le sens du vote de lois liberticides, des agressions et des intimidations", a-t-il déclaré.

Media playback is unsupported on your device
Carlos Ketohou, le président du patronat de la presse togolaise, dénonce la pression sur les journalistes.

Selon lui, comme si cela ne suffisait pas dans cette campagne d'intimidation des médias, "le service de recherche et d'investigation est mis à contribution pour interpeler les journalistes, les auditionner de façon musclée et illégale".

Le président des patrons de presse togolais dénonce cette situation parce que, dit-il, "cela porte une atteinte grave à la liberté de presse au Togo".

Lire aussi :

Le rapport à l'origine des pressions sur les journalistes a révélé que les répressions ont fait plus de 100 morts.

Le gouvernement avait rejeté le contenu de ce rapport en avançant un bilan de 14 morts, dont deux militaires.

Il dénonce des "affirmations tendancieuses et irresponsables".

Sur le même sujet