Angola : un journaliste jugé pour outrage au président Santos

Le procès du journaliste Rafael Marques de Morais a repris lundi à Luanda, la capitale. Copyright de l’image Getty Images
Image caption Le procès du journaliste Rafael Marques de Morais a repris lundi à Luanda, la capitale.

Les accusations portent sur un article publié le 3 novembre 2016, dans lequel M. de Morais a accusé l'ancien procureur général de se livrer à des transactions immobilières illégales.

Le journaliste d'investigation dit avoir décelé des irrégularités dans la transaction qui a permis au procureur d'acquérir les trois hectares de terres en bordure de mer, dans la ville de pêche de Porto Amboim, à plus de 350 kilomètres au sud de Luanda, la capitale.

"Mes habitudes professionnelles de démasquer la corruption m'ont conduit à enquêter sur la façon dont le procureur général de l'époque, João Maria Moreira de Sousa, avait obtenu un titre de propriété officiel pour les trois hectares de terres", a expliqué Morais dans son blog Maca Angola.

"Une lecture attentive des procédures administratives a révélé des irrégularités flagrantes qui indiquent que l'administration locale avait favorisé le procureur général", poursuit-il.

Lire aussi :

Pour étayer son propos, il donne en exemple la publication le 12 mai 2011 d'une note du gouverneur provincial de Kwanza-Sul, José Maria do Prado, demandant aux gens de déposer des réclamations sur le terrain dans les 30 jours.

Mais Morais dit avoir remarqué que 13 jours plus tard, "le même gouverneur et le procureur général avaient tous deux signé le titre de propriété du terrain qui pourrait encore être contesté".

Jugé une première fois en mars dernier, le procès a repris lundi dans la capitale angolaise où des groupes de défense des droits de l'homme accusent les autorités angolaises d'avoir étouffé la liberté d'expression.

Sur le même sujet