RDC: le pouvoir autorise un meeting de l'opposition

Felix Tshisekedi le président de l'UDPS Copyright de l’image Getty Images
Image caption Felix Tshisekedi le président de l'UDPS

C'est une grande première car depuis fin 2016, les manifestations de l'opposition sont interdites et souvent réprimées par les forces de l'ordre.

Ce meeting se fait à l'appel de Félix Tshisekedi, le leader du principal parti d'opposition.

Le tout nouveau président de l'UDPS compte haranguer les foules mardi soir à Ndjili, un quartier populaire de Kinshasa.

D'après l'entourage de Félix Tshisekedi, ce meeting sera l'occasion, pour leur leader, de donner les grandes lignes de son projet de société en vue de la présidentielle prévue en décembre.

La date du 24 avril n'est pas choisie au hasard : le meeting est convoqué 28 ans jour pour jour, depuis l'annonce du retour au multipartisme dans le pays.

Pour la première fois depuis près d'une année et demie, cette manifestation de l'opposition est autorisée par André Kimbuta, le gouverneur de la ville de Kinshasa.

L'autorité urbaine a même invité la police à sécuriser le site prévu pour le meeting.

Peu avant l'autorisation surprise de ce meeting, les autorités ont lancé un autre signal de détente vis-à-vis de l'UDPS, le principal parti d'opposition.

Le weekend dernier, un accord sur le rapatriement de la dépouille d'Etienne Tshisekedi, a été conclu avec sa famille, plus d'une année après le décès de l'opposant historique survenu à Bruxelles.

Ce réchauffement des relations entre le pouvoir et la principal formation d'opposition, est vivement commenté à Kinshasa.

Certains vont jusqu'à penser que Félix Tshisekedi pourrait bientôt être nommé premier ministre. Ce que dément formellement l'intéressé.