Mission délicate à Abidjan

Les trois dirigeants sont envoyés par la CEDEAO pour demander à Laurent Gbagbo de céder pacifiquement le pouvoir à Alassane Ouattara. Une mission qui s'annonce difficile d'autant que le président sortant s'accroche au pouvoir en invoquant le droit.

Image caption La mission des Chefs d'Etat ouest-africains s'annonce difficile

Les Chefs d'Etat du Benin, de la Sierra Leone, et du Cap Vert doivent rencontrer les deux protagonistes ainsi que le représentant des Nations unies.

L'Union africaine a, pour sa part, confié au premier ministre kenyan, Raila Odinga, la direction de ses démarches pour mettre fin à l'impasse politique en Côte d'Ivoire.

Mais le chef du gouvernement kenyan a écarté toute éventualité d'un partage du pouvoir. Car, selon lui, ce qu'a fait le conseil constitutionnel en Côte d'Ivoire est une honte pour la démocratie en Afrique.

Raila Odinga a déclaré à la BBC qu'il attendra les résultats des entretiens entre Laurent Gbagbo et les émissaires de la CEDEAO, avant de se prononcer sur ses prochaines démarches.

Si sur le plan diplomatique, la mobilisation est forte en faveur de Ouattara, son appel à la grève générale a été peu suivi lundi à Abidjan, alors que les activités étaient paralysées à Bouaké, fief des Forces Nouvelles.

Lire plus