Renforts de 2.000 casques bleus pour la Côte d'Ivoire

Un casque bleu de l'opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (Onuci)
Image caption 10.000 soldats de maintien de la paix de l'ONU sont déja en Côte d'Ivoire

Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté à l'unanimité pour l'envoi de 2.000 casques bleus supplémentaires et de trois hélicoptères en Côte d'Ivoire où est déjà déployée une force de maintien de la paix de 10.000 hommes.

Le secrétaire général des Nations Unies, Ban ki-Moon, a déclaré que les forces onusiennes évoluent dans un environnement sécuritaire hostile en Côte d'Ivoire.

Le Conseil de sécurité a condamné ce qu'il être des actions délibérées visant à empêcher l'ONU d'accomplir sa mission.

Il a demandé à Laurent Gbagbo de lever le blocus imposé à Alassane Ouattara, reconnu comme le président élu de Côte d'Ivoire par la communauté internationale, et protégés par des casques bleus à Abidjan.

L'ONU a aussi dénoncé l'utilisation des medias d'état pour inciter à la haine et à la violence contre l'organisation internationale.

Le Conseil de sécurité a réitéré qu'il est prêt à adopter des sanctions ciblées tout en indiquant qu'il suivait les pays africains dont la dernière tentative de l'émissaire de l'Union africaine, le premier ministre kényan Raila Odinga, pour trouver une solution pacifique à la crise a échoué.

Le camp de Laurent Gbagbo a annoncé qu'il récusait le médiateur de l'UA parce qu'il "prend partie pour Alassane Ouattara". Le ministre des affaires étrangères de ce dernier a indiqué qu'il n'était pas surpris par l'échec de la médiation de l'Union africaine.

Par ailleurs, après l'Union européenne qui a décidé de geler les avoirs en Europe du camp Gbagbo, la Suisse a annoncé avoir fait de même pour les éventuels fonds déposés dans la Confédération par le président ivorien sortant ainsi que son entourage.

.