BBC navigation

Syrie : Assad offre une amnistie

Dernière mise à jour: 15 janvier, 2012 - 13:39 GMT

Le président de la Syrie Bachar al-Assad

Le président Bachar al-Assad a accordé dimanche une amnistie générale pour "les crimes commis pendant les événements" selon la terminologie officielle. C'est au moins la quatrième depuis le début des manifestations contre le régime en mars dernier, sans que l'on sache vraiment si ces promesses ont été mises en oeuvre.

Par ailleurs le secrétaire-général des Nations unies, Ban Ki-moon, a demandé instamment au président syrien "d'arrêter de tuer le peuple", et l'a averti que "l'ère des dynasties et du pouvoir d'un seul" était révolue.

Il y a eu au moins quatre amnisties l'année dernière.

Notamment le 31 mai 2011, le président Assad avait déjà décrété une amnistie générale incluant tous les détenus politiques, y compris les membres des Frères musulmans.

Début novembre, le régime avait promis une amnistie aux détenteurs d'armes qui se rendraient à la police dans un délai de huit jours.

On ignore le nombre de personnes qui auraient fait la démarche et si les autorités ont respecté la promesse d'immunité.

L'amnistie générale, promulguée dimanche, des personnes impliquées dans les événements, selon la terminologie officielle, depuis dix mois, n'est guère différente.

Le décret concerne toutes les personnes qui ont participé pacifiquement aux manifestations contre le régime, aux détenteurs d'armes et aux conscrits déserteurs.

Mais on voit mal des partisans de l'opposition saisir cette offre.

Le président Assad a aussi annoncé un nouvelle constitution et des élections d'ici la fin de l'année.

Les organisations de défense des droits de l'Homme rappellent qu'il y a des milliers de prisonniers politiques dans les geôles syriennes, et qu'ils sont régulièrement torturés.

Par ailleurs le secrétaire-générale des Nations unies, en visite à Beyrouth, a demandé instamment au président Assad de mettre fin aux violences.

"Je dis de nouveau au président Assad: arrêter les violences. Arrêter de tuer votre peuple".

"L'ère des dynasties et de la dictature d'un seul dans le monde arabe, touche à sa fin", a estimé Ban Ki-moon.

Selon les Nations unies plus de 5 000 personnes ont été tuées lors de la répression de manifestations contre le régime depuis mars 2011.

De son côté le gouvernement affirme que 2.000 soldats ont été tués par des "terroristes armés".

Il accuse aussi les Occidentaux de tramer un complot contre la Syrie.

Le 21 janvier la Ligue arabe se réunira au Caire pour procéder à une réévaluation de la sa mission d'observateurs en Syrie, prévue au départ pour un mois.

Les opposants syriens veulent que la Ligue arabe, incapable selon eux d'aider à protéger les civils, transmettre le dossier à l'ONU.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.