BBC navigation

kenya : la CPI inculpe 4 personnalités

Dernière mise à jour: 24 janvier, 2012 - 16:58 GMT

La Cour n’a délivré aucun mandat d’arrêt contre les quatre accusés.

La CPI a rendu sa décision concernant les suspects poursuivis pour crimes contre l’humanité commis après la présidentielle de 2007 au Kenya.

Les juges de la Cour pénale internationale ont confirmé les charges de crimes contre l’humanité contre quatre des six suspects poursuivis par le procureur pour les violences commises après l’élection présidentielle de décembre 2007.

Très attendue au Kenya, la décision des juges de la CPI pourrait redessiner le jeu de la présidentielle prévue début 2013 au Kenya.

Les magistrats de La Haye ont en effet confirmé les charges de crimes contre l’humanité portées contre deux des candidats à la future présidentielle, Uhuru Kenyatta et William Ruto.

Le directeur de Cabinet de la présidence, Francis Muthaura ainsi que le journaliste Joshua Sang ont eux aussi été renvoyés en procès.

Les juge ont en revanche estimé que le procureur n’avait pas apporté les preuves suffisantes pour confirmer les charges portées contre l’ancien chef de la police, le général Hussein Ali et contre l’ex ministre de l’Industrie, Henry Kosgey.

Dans les prochaines semaines, les quatre accusés devront comparaître devant les juges pour dire s’ils plaident coupable ou non coupable des crimes retenus contre eux.

Appel au calme

La Cour devrait alors annoncer la date du procès intenté contre les quatre responsables kenyans.

Ils seront jugés au cours de deux procès distincts. L’un rassemblant William Ruto et Joshua Sang, poursuivis pour avoir orchestré les violences contre les partisans du Parti national unifié de l’actuel président Mwai Kibaki.

La seconde affaire rassemblera Uhuru Kenyatta et Francis Muthaura, poursuivis pour avoir organisé la riposte.

Pour l’instant, la Cour n’a délivré aucun mandat d’arrêt contre les quatre accusés, mais les a de nouveau mis en garde contre toute tentative d’entraver l’affaire.

La décision rendue ce matin a été prise à la majorité.

L’un des juges, l’allemand Hans Peter Kaul a refusé de confirmer les charges, estimant que les violences de 2007 sont des crimes de droit commun et non des crimes contre l’humanité et relèvent, dès lors, des tribunaux du Kenya.

Le président kényan Mwai Kibaki a appelé ses concitoyens au calme après la décision de la CPI.

Mots-clés

BBC © 2014 Avertissement: la BBC n'est pas responsable du contenu de sites extérieurs.

Il est recommandé d'avoir la dernière version de votre navigateur et d'activer les spécifications CSS afin de bénéficier au maximum des effets visuels quand vous consultez cette page. Nous recommandons d'installer la dernière version de votre navigateur ou d'activer les spécifications CSS si c'est possible.