Sénégal : Ngom défend sa politique

Copyright de l’image
Image caption La mobilisation contre la candidature de Wade ne faiblit

Alors que des mouvements appellent à nouveau à manifester contre la candidature du président Abdoulaye Wade à un troisième mandat, le ministre de l'intérieur a rappelé que les rassemblements dans le centre ville étaient interdits et que toute manifestation devait être signalée aux autorités au moins 24 heures avant.

Mercredi un rassemblement dans le centre ville du Mouvement du 23 juin, qui rassemble candidats de l'opposition et leaders de la société civile opposé à la candidature de Wade à la présidentielle du 26 février, a été dispersé à coup de gaz lacrymogènes.

Le 31 janvier dernier, un manifestant, l'étudiant Mamadou Diop, est mort lors de la dispersion d'un autre rassemblement. Selon les autorités, une enquête est en cours sur les circonstances exactes de son décès.

Au cours d'une conférence de presse, Ousmane Ngom a affirmé que, conformément à la loi, la police n'intervenait qu'en cas de trouble à l'ordre public, et que les policiers se sont comportés de manière exemplaire tout au long de la campagne.

Au cours d'une conférence de presse le ministre de l'intérieur a prévenu que les manifestations prévues jeudi par le mouvement militant Y'en a marre, et vendredi dans le centre ville par le M23, sont interdites.

Selon le ministre, l'opération Fanaan (nuit en wolof) de Y'en a marre, dont le but est d'occuper la place de l'Obélisque cette nuit, a pour objectif final "d'aller au palais déloger l'occupant" et "il est du devoir de l'autorité d'intervenir afin de prévenir les dérapages".