L'UA veut la démilitarisation d'Heglig

vestiges de guerre en zone de combat Copyright de l’image x
Image caption vestiges de guerre en zone de combat

Les violences entre le Soudan et le Soudan du Sud se poursuivent. L'Union Africaine a exhorté mardi Khartoum et Juba à retirer leurs troupes respectives des régions frontalières contestées.

Le même appel a été lancé par Le Conseil de Sécurité de l'ONU qui évoque l'éventualité de sanctions contre le Soudan et le Soudan du Sud pour convaincre les deux pays à sortir de leur logique de guerre.

L'ambassadeur des Etats Unis à l'ONU a soutenu devant les membres du Conseil de Sécurité que les deux Soudan étaient enfermés dans une "logique de guerre" dans le conflit qui les oppose, et que les voix radicales se faisaient de plus en plus entendre à Khartoum et à Juba Susan Rice a fait ce commentaire après une rencontre à huis clos avec l'envoyé des Nations Unies au Soudan du Sud, Hailé Menkarios, et le médiateur de l'Union Africaine, Thabo Mbeki. Madame Rice a rappelé les appels du Conseil au Soudan du Sud pour retirer ses troupes du champ pétrolifère d'Heglig, occupé depuis la semaine dernière, et à Khartoum de cesser ses bombardements dans certaines zones du Soudan du Sud. D'après elle, les membres du conseil ont discuté de l'éventualité de sanctions pour presser les deux parties à stopper l'escalade de la violence.

Sur le terrain, un important leader de l'opposition soudanaise a rendu visite à des soldats soudanais blessés, dans une démonstration de solidarité nationale. Il y a évoqué la présence de rebellions soutenues par le Soudan du Sud dans les combats. Des accusations régulièrement démenties par Juba.