Le Burundi veut joindre le Commonwealth

Image caption 'God Save The Queen': les chefs d'Etat du Commonwealth avec la Reine Elisabeth II, le 6 juin 2012 à Londres.

Le Burundi a introduit une demande d'adhésion au Commonwealth, l’association anglophone d'anciennes colonies ou protectorats de l’Empire britannique.

Il s’agit du second pays de la régions des Grands Lacs, traditionnellement francophone, à effectuer une telle demande.

Le Rwanda avait été admis comme 54ème membre du Commonwealth en 2009.

La demande du Burundi intervient à quelques jours du sommet de la Francophonie à Kinshasa en RDC (du 12 au 14 octobre).

Lundi, le président du Gabon Ali Bongo, un des plus proches alliés de la France en Afrique, avait semé le trouble en se prononçant pour l'introduction de l'anglais dans son pays et en vantant le modèle du bilinguisme au Rwanda.

Le Gabon envisage d’introduire l’anglais comme langue officielle, au même titre que le français.

Ali Bongo doit effectuer vendredi, une visite officielle de deux jours au Rwanda, sur l’invitation de son homologue rwandais, Paul Kagamé.