Mau Mau: Londres peut être poursuivi

La Haute Cour de Londres a accordé à trois Kényans le droit de poursuivre la Grande-Bretagne pour des crimes commis à leur encontre il y a plus de 50 ans, lors de la féroce répression de la révolte des Mau Mau par les autorités britanniques.

Les trois Kényans, un femme et deux hommes âgés de 60 à 70 ans -Jane Muthoni Mara, Paulo Muoka Nzili et Wambugu Wa Nyingi- affirment avoir été torturés et victimes d'abus sexuels alors qu'ils étaient en détention dans un camp britannique dans les années 50 au Kenya.

Les autorités britanniques admettent que des détenus ont été torturés au Kenya pendant la lutte pour l'indépendance, mais estiment qu’un procès équitable est impossible 50 ans après les faits en raison de la disparition de nombreux témoins et pièces à conviction.

La Haute Cour n’a pas été de cet avis: le juge Richard McCombe a estimé "qu'un procès équitable restait possible" en raison de la présence de "preuves pertinentes".

"J'estime que la base de documents disponibles est tout a fait substantielle et de nature à dégager un tableau très complet de ce qui se passait dans les cercles gouvernementaux et politiques à Londres et au Kenya durant la loi d'urgence", a décrété le juge McCombe.

Jugement historique

L’avocat des trois Kényans a déclaré que le jugement de la Haute Cour était historique, qu’il ferait le tour du monde, et qu’il aurait des répercussions pendant des années.

On estime à 2.000 le nombre de Kényans - les survivants des 70.000 Mau Mau emprisonnés pendant l’insurrection - qui pourraient à présent attaquer en justice le gouvernement britannique.

Le Foreign a immédiatement annoncé sa décision de faire appel.

Les trois plaignants n'étaient pas présents au tribunal vendredi, mais plusieurs de leurs partisans ont pleuré à l'énoncé du jugement.

Plus tôt cette année, l'archevêque sud-africain Desmond Tutu avait écrit au Premier ministre britannique, accusant la Grande-Bretagne de vouloir se soustraire à sa responsabilité des crimes coloniaux.

La répression de la révolte des Mau Mau a fait entre 1952 et 1960 plus de 10.000 morts.

Lire plus