Lynchage au Nigeria : arrestations

Nigeria lynchage
Image caption Beaucoup de Nigérians n’ont pas confiance en leur police et sont amenés à se faire justice eux-mêmes.

La police a arrêté 13 personnes soupçonnées d’être impliquées dans le lynchage de 4 étudiants accusés de vol.

Dimanche, 4 étudiants de l'université de Port Harcourt, ont été battus à mort et brulé par une foule.

Cet incident qui a été filmé et publié sur Internet, a suscité une vive émotion dans le pays.

Les quatre victimes étaient accusées d'avoir volé des téléphones et des ordinateurs portables.

Une cellule de crise a été mise en place et 13 suspects ont été arrêtés, grâce aux vidéos mises en ligne.

Pour Ben Uggwu-egbulem, porte-parole de la police dans l'état de Rivers, quel que soit les faits reprochés, on n’aurait jamais dû leur infliger un tel sort.

Parmi les personnes arrêtées, figure le chef traditionnel des Aluu, la communauté locale, responsable de ces meurtres.

Selon des étudiants de l'université, leurs condisciples ont été pris pour d’autres personnes.

L’un d’eux - Paul Irabor - a expliqué que les victimes étaient venues réclamer de l’argent qu’on leur devait.

Beaucoup de Nigérians n’ont pas confiance en leur police et sont amenés à se faire justice eux-mêmes.

Mais le fait que la mort de ces quatre jeunes gens, battus à mort et brulés, a été filmé et diffusé sur la toile, a horrifié nombre de Nigérians qui condamnent cet acte de justice sauvage.

Un acte qui intervient quelques jours après le massacre de 40 étudiants, abattus dans une résidence universitaire à Mubi, dans le nord-est du pays.