Intervention au Mali: l’Algérie recule

Image caption Le ministre algérien de l’Interieur Dahou Ould Kablia.

“L’Algérie ne souhaite pas l’intervention militaire” au Mali, a déclaré le ministre algérien de l’Interieur.

Dans une interview au journal Le Soir d'Algérie, Dahou Ould Kablia, a indiqué que “si les gens s’imaginent qu’il faut réinstaurer l’autorité centrale sur le Nord par la voie de la guerre, cela aura des conséquences très graves. (...)

Si cette guerre affecte directement ou indirectement les populations touareg du Nord, nous avons chez nous aussi des populations touareg qui ont des liens très forts avec ceux du Nord-Mali et, de ce fait, cela risque de compliquer les choses.

C’est ce que l’Algérie tente d’empêcher en demandant à ce que l’on règle d’abord les problèmes politiques.”

Le ministre algérien de l'Intérieur a par ailleurs rejeté l’argument selon lequel le nord du Mali pourrait se transformer en base arriere d’al-Qaïda.

“Les arguments avancés consistant à dire que le Sahel va devenir un autre Afghanistan ne tiennent pas debout”, a-t-il déclaré.