Le Niger cherche des fonds à Paris

  • 14 novembre 2012
Le président Issoufou sollicite le soutien des bailleurs du Niger.
Image caption Le président Issoufou sollicite le soutien des bailleurs du Niger.

C’est dans un hôtel de luxe parisien que se déroule cette rencontre qui se poursuit ce mercredi sur le programme de développement économique et social du Niger. Objectif : séduire les bailleurs de fonds internationaux et les inciter à participer à cet ambitieux programme qui doit se dérouler sur de 4 ans.

Le président Mahamadou Issoufou souhaite que la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International et les pays amis, investissent dans le renouveau de son pays, l'un des plus pauvres de la planète.

Mais beaucoup de Nigériens s’attendent à ce que les découvertes récentes de nouveaux gisements miniers et pétroliers les aident à sortir de la pauvreté.

Pour réaliser ses objectifs, le pays aurait besoin de plus de 8 milliards d’euros, dont une partie serait financée par Niamey.

Dans un entretien accordé au quotidien économique en ligne "La Tribune", le ministre chargé du plan et de l'aménagement du territoire du Niger, Amadou Cissé, a expliqué que son pays souhaitait prendre "progressivement" son destin en main.

En marge de cette table ronde de deux jours, les questions sécuritaires régionales sont sur toutes les lèvres. Dimanche, les Etats d’Afrique de l’Ouest réunis au sein de la Cédéao ont validé le principe d’une intervention militaire dans le Nord du Mali occupé par les islamistes. Un plan qui a été approuvé lundi par l’Union Africaine.

"On n'a pas le choix, il faut intervenir", a ainsi déclaré hier Mahamadou Issoufou. Le président du Niger estime qu’il n’y a pas de raison de s’interroger sur les délais nécessaires à la mise en place de cette force ou encore sur les divergences susceptibles d’exister entre les pays de la région.

La France, elle, s’est déjà engagée à apporter un soutien logistique. Mais cela, Mahamadou Issoufou aura l’occasion d’en parler en tête-à-tête jeudi avec François Hollande lorsqu’il sera reçu à l’Elysée.