L'Europe réaffirme son soutien au Mali

  • 16 novembre 2012
Guido Westerwelle, le ministre allemand des affaires étrangères.
Guido Westerwelle, le ministre allemand des affaires étrangères.

Au cours d'une réunion à Paris, les ministres français, allemand, espagnol, italien et polonais ont publié une déclaration conjointe dans laquelle ils s'engagent à former les troupes maliennes et ouest africaines.

La réunion des ministres des Affaires étrangères européens se tenait dans la foulée du sommet des chefs d'Etats africains dimanche dernier à Abuja.

Le Ministre des Affaires étrangères Allemand, Guido Westerwelle, a déclaré que les événements au Mali ne concernaient pas seulement l'Afrique, mais pouvaient aussi avoir des conséquences pour l'Europe.

C'est en principe le 19 novembre prochain, à la suite du Conseil des Affaires étrangères de l'Union Européenne qu'on en saura un peu plus sur les ressources militaires que l'UE envisage mobiliser pour l'entrainement des forces africaines au Mali.

Par ailleurs, François Hollande s'est entretenu par téléphone avec le chef de l’Etat par intérim malien Dioncounda Traoré. Le communiqué de l'Elysée précise que le président français a confirmé à Dioncounda Traoré la volonté de la France de faire voter une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies avant la fin de l'année pour autoriser le déploiement d'une force africaine au Mali, comme le demande la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest .

Pendant ce temps, la médiation se poursuit. Le président burkinabé Blaise compaoré, médiateur dans la crise malienne reçoit ce vendredi pour la première fois, ensemble, des délégations d'Ansar Dine et du Mnla.

La rencontre devrait avoir lieu en fin de matinée, selon un communiqué de la présidence burkinabé. Les deux groupes dont des délégations se trouvent depuis plusieurs jours à Ouagadougou, se disent ouverts au dialogue pour éviter une intervention étrangère au nord Mali.