RDC: l’ONU condamne les rebelles

  • 18 novembre 2012
Des personnes déplacées
Près de 500.000 personnes ont été déplacés par la violence

Réunis en session extraordinaire, les membres du conseil de sécurité de l’ONU ont demandé à la rébellion du M23 d’immédiatement mettre fin à leur offensive en direction de Goma.

Le conseil appelle également à cesser les soutiens étrangers aux rebelles, faisant observer avec inquiétude qu’ils étaient bien armés.

Les rebelles ont pris le contrôle de la ville de Kibumba samedi, malgré des bombardements effectués par des hélicoptères des Nations Unies.

Kibumba est situé à 30km au nord de Goma, principale ville de la province du Nord-Kivu, à la frontière avec le Rwanda et l’Ouganda.

Le gouverneur du Nord-Kivu, Julien Paluku, a expliqué que l’armée congolaise a battu en retraite parce que les insurgés avaient des armes Lourdes et soutenus par l’armée rwandaise.

Kigali rejette les accusations mais des experts onusiens affirment détenir les preuves du soutien du Rwanda aux rebelles et comme conséquence ils ont demandé que l’ONU sanctionne des responsables rwandais.

Biens gelés

Avant la réunion de samedi à New York, l’ambassadeur de France auprès de l’ONU, Gerard Araud a déclaré qu’il espère que le conseil de sécurité lancer un signal claire au M23 afin qu’il cesse a ses attaques.

Il a ajouté qu’"il n’y aura pas de solution sans accord entre la RDC et ses voisins dont le Rwanda".

Ces derniers affrontements sont les plus violents depuis juillet dans cette région riche en ressources de l’est de la République démocratique du Congo,depuis avril quand des soldats congolais sont entrés en mutinerie.

Mardi, l’Ouganda a fermé la frontière au niveau de la localité de Bunagana, près de Goma.

La décision ougandaise fait suite à une demande de Kinshasa, qui estime que le M23 collectait illégalement de l’argent auprès des personnes qui voyageaient entre les deux pays pour financer ses opérations.

Le mois dernier, un panel d’expert de l’ONU a conclu que le Rwanda et l’Ouganda armaient le M23, aussi appelé l’armée révolutionnaire du Congo, dans ce qui semble être une façon de Controller une région riche en minerais.

Le Rwanda et l’Ouganda ont rejeté ces accusations. Kigali a appelé les deux parties en conflit à mettre fin aux affrontements, affirmant que des civils ont été blesse par des balles perdues.

L’ONU et les Etats-Unis ont imposé une interdiction de voyage et un gel des avoirs au chef du M23, Sultani Makenga.

Lire plus