Sommet des pays des Grands-Lacs

Joseph Kabila lors d'un précédent sommet à Kampala

Au moment où les rebelles du M23 semblent s’installer à Goma, la capitale provinciale, les dirigeants de la sous-région tente à Kampala de trouver une solution à la crise qui secoue l’est de la République démocratique du Congo.

Lundi, le porte-parole du gouvernement congolais à martelé a rejeté un appel de la rébellion au dialogue estimant que c’était plutôt avec le Rwanda que le Congo devait négocier une sortie de crise.

Kinshasa accuse Kigali de soutenir et d’armer notamment les rebelles du M23.

Le président congolais Joseph Kabila qui est arrivé dans la capitale Ougandaise, Kampala où est également présent son homologue rwandais Paul Kagamé, a déclaré que son pays «n’a pas besoin de faire une guerre. La république démocratique du Congo et le peuple congolais ont besoin de développement».

Le chef de l’Etat congolais a souligné cependant que «quand une guerre nous est imposée comme c’est le cas aujourd’hui, on a l’obligation de résister». « De toutes les façons la paix se gagne ; il faut se battre pour atteindre cet objectif d’une paix durable », a ajouté Joseph Kabila.

Egalement dans la capitale ougandaise, la ministre rwandaise des affaires étrangères Louise Mushikiwabo a déclaré que pour le Rwanda il est «important que les parties en conflit respectent les civils, ajoutant que son pays est prêt à travailler pour retrouver la paix dans la région.

Lire plus