RDC : un officier suspendu

  • 23 novembre 2012
Le président Joseph Kabila
Image caption Le chef de l'Etat congolais a ordonné une enquête sur le trafic d'armes

La suspension du général Gabriel Amisi est une mesure provisoire en attendant les résultats d’une enquête ordonnée par le président Kabila.

Le chef de l’Etat congolais a demandé au gouvernement de mener une "enquête approfondie afin de déterminer les responsabilités dans ce trafic illégal et criminel", a déclaré le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende.

Le chef d’Etat-major de l’armée de terre est suspendu alors que les forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) ont du mal a reconquerir des villes prises par les rebelles du M23 dans l’est du pays.

Un rapport des Nations Unies publié mercredi accuse le général Gabriel Amisi de gérer un réseau de contrebande et de fourniture d'armes et de munitions à des braconniers et groupes armés.

D'autres officiers de l'armée ont également été épinglés.

Le porte-parole du gouvernement congolais, Lambert Mende, a affirmé que le trafic d'armes "se déploie jusqu'au Congo Brazzaville où les munitions sont achetées avant d'être acheminées clandestinement jusqu'à Kinshasa puis transportées à l'est, notamment par des membres de la famille du général Amisi".