Niger : réflexion autour de la justice

Le président Issoufou
Image caption Les autorités veulent une justice plus ''crédible''

Une rencontre sur l'état des lieux de la justice au Niger s'est ouvert lundi à Niamey, pour tenter de rendre plus "crédible" un système judiciaire durement affecté par la corruption. L'objectif de cette rencontre- la première du genre-est de faire l'état des lieux du système judiciaire afin d'en améliorer les performances.

Selon le président Mahamadou Issoufou, qui a présidé l'ouverture des travaux, il s'agit surtout de "redresser" l'image d'un système judiciaire miné notamment par la corruption et des interventions de tous genres.

"L'enjeu est de rendre la justice accessible, crédible, afin de redorer son image pour bâtir des institutions démocratiques fortes et crédibles", renchérit M. Marou Amadou, le ministre de la Justice.

Un récent sondage révèle que plus de 53% des citoyens nigériens n'ont pas confiance en la justice de leur pays.

Pour combattre le phénomène de la corruption, les autorités ont, par exemple, institué en 2011 un numéro vert que les citoyens peuvent appeler.

Le système permis de dévoiler de nombreux cas présumés de corruption au sein de la magistrature.

M. Issoufou a aussi dénoncé "la vétusté, l'exiguïté et l'inadaptation" des prisons du pays, dont les principales ont été construites durant la période coloniale.

Ces assises qui réunissent quelque 500 participants dont de nombreux magistrats prendront fin vendredi .