Forte participation en Egypte

Image caption Un soldat aidant un électeur agé à la sortie d'un bureau de vote.

Les bureaux de vote ont ouvert samedi pour une partie des 51 millions d'électeurs appelés à se prononcer sur un projet de constitution soumis à referendum. Cent vingt-mille soldats ont été déployés au Caire et à Alexandrie et dans huit autres gouvernorats pour aider 130 000 policiers mobilisés pour l'occasion.

Par décrets le président Morsi a donné à l'armée le droit d'arrêter des civils dans le cadre du maintien de l'ordre jusqu'à l'annonce des résultats définitifs, à une date qui n'a pas encore été annoncée.

Dix-sept autres governorats voteront le 22 décembre.

Les bureaux de vote fermeront à 19h.00 locales.

Vendredi encore, des accrochages entre plusieurs centaines partisans du "oui" et du "non" ont fait une quinzaine de blessés à Alexandrie, la deuxième ville du pays.

La police a dû intervenir avec des tirs de gaz lacrymogènes pour ramener le calme.

L'annonce de la tenue d'un referendum a provoqué de nombreuses manifestations qui ont parfois dégénéré en affrontements entre opposants et partisans du président Mohamed Morsi et du mouvement des Frères musulmans dont il est issu.

Début décembre, huit personnes avaient été tuées dans des heurts entre les deux camps aux abords du palais présidentiel à Héliopolis, dans la banlieue du Caire.

Le texte constitutionnel, rédigé par une commission dominée par les islamistes, suscite des craintes au sein de l'opposition qui y voit une tentative d’islamisation de la société égyptienne et qui juge les pouvoirs attribués au président Morsi exhorbitants.

Les Etats-Unis, partenaires de premier plan de l’Egypte, suivent de près cette situation.