Inculpation du commandant Camara

  • 16 février 2013
Des policiers et gendarmes guinéens lors d'une manifestation de l'opposition en 2009

Le gouverneur de la ville de Conakry le commandant Sékou Resko Camara est l'objet d'une plainte de la FIDH et de sa filiale guinéenne, l’OGDH, l'organisation guinéenne des Droits de l'homme, pour actes de tortures sur des civils en octobre 2010.

La FIDH et l’OGDH saluent l'inculpation du commandant Sékou Resko Camara. ‘’Manifestement les choses changent en Guinée, puisque la justice avance et avance rapidement concernant les plus hauts responsables des violations des droits de l’homme, c’est un très bon signe pour les victimes’’ explique Florent Geel, responsable Afrique de la FIDH.

Pour mémoire, en octobre 2010, selon les informations transmises à la justice, des éléments de la garde rapprochée du Président par intérim de la transition ont arrêté et détenu arbitrairement plusieurs individus et les auraient soumis à des actes de torture en présence et suivant les instructions du Commandant Sékou Resco Camara, du Général Nouhou Thiam et du Commandant Aboubacar Sidiki Camara dit De Gaulle.

A la suite de ces événements la FIDH et l’OGDH avaient porté plainte contre ces officiers de l’armée guinéenne.

La FIDH voit cette inculpation comme un signal fort ‘’qui montre que Conakry souhaite s'attaquer à la question de l'impunité’’ indique Florent Geel.

Mais la FIDH attend tout de même que les choses évoluent aussi rapidement dans le dossier du massacre du 28 septembre 2009 au cours duquel plus de 150 personnes avaient été froidement abattues par la garde présidentielle du Capitaine Dadis .

La FIDH veut aussi voir les choses évoluer rapidement dans une autre affaire, celle concernant la répression des manifestations pacifiques en Janvier et Février 2007 sous le régime du Général Lansana Conté.