Violences syndicales en Afrique du Sud

  • 18 février 2013
La rivalité syndicale de plus en plus violente en Afrique du Sud.
Image caption La rivalité syndicale de plus en plus violente en Afrique du Sud.

Des affrontements ont opposé ce lundi des militants de syndicats rivaux à la mine de Siphumelele, exploitée par Anglo American Platinum (Amplats) à Rustenburg, dans le nord du pays.

Treize personnes ont été blessées par des balles en caoutchouc et des machettes. Des vigiles ont ouvert le feu pour disperser la foule.

Une dispute a opposé quatre permanents du Syndicat national des mineurs (NUM), majoritaire dans la profession, à des militants du syndicat rival Amcu, qui avaient pris possession de leurs locaux.

La rivalité entre syndicats avait alimenté le mouvement de grèves sauvages qui avait frappé le secteur minier sud-africain en 2012, faisant une soixantaine morts.

Les événements de Marikana, qui ont faits 48 morts en août et septembre, avaient débuté par des violences entre les deux syndicats.

Amplats prévoit la suppression de 14.000 emplois et la fermeture de plusieurs mines en Afrique du Sud, provoquant une vague d'indignation dans le pays.

Les autorités de Pretoria avaient menacé de revoir les termes des permis d'exploitation de la compagnie, mais ses dirigeants n'ont cessé de répéter qu'une restructuration était indispensable.