Gbagbo devant les juges de la CPI

Laurent Gbagbo saura bientôt  s'il sera jugé à la Haye ou pas.
Image caption Laurent Gbagbo saura bientôt s'il sera jugé à la Haye ou pas.

La Cour pénale internationale a ouvert ses audiences de confirmation des charges contre Laurent Gbagbo.

Durant huit jours, le procureur devra démontrer qu'il dispose d'un dossier solide pour obtenir la mise en accusation formelle de l'ancien président ivoirien pour crimes contre l'humanité.

A l'ouverture de l'audience, Laurent Gbagbo a salué les journalistes et ses partisans présents dans la salle.

Vêtu d'un costume bleu foncé, d'une chemise et d'une cravate bleu clair, l'ancien président affichait une bonne mine.

Cette audience avait été reportée à deux reprises, notamment afin d'évaluer la santé de l'ancien président et sa capacité à assister aux audiences.

Premier ex-chef d'Etat remis à la CPI, Laurent Gbagbo, 67 ans, est soupçonné d'être "co-auteur indirect" de quatre chefs de crimes contre l'humanité commis pendant les violences postélectorales de 2010-2011.

L'ONU avait reconnu et certifié la victoire d'Alassane Ouattara lors de la présidentielle de 2010, mais il avait refusé de reconnaitre sa défaite.

Les violences qui s'en sont suivies ont fait près de 3.000 morts.

Cette audience de confirmation des charges devrait se conclure le 28 février.

Elle doit permettre aux juges de décider s'il y a assez d'éléments pour juger Laurent Gbagbo.

En outre, des centaines de partisans de l'ex-chef d'Etat ivoirien ont manifesté peu avant l'ouverture de l'audience devant le bâtiment de la Cour à La Haye.