Des morts dans un accrochage au Mali

L’armée française fait face à une résistance dans les massifs de Kidal.
Image caption L’armée française fait face à une résistance dans les massifs de Kidal.

Le président français François Hollande a annoncé qu'un accrochage sérieux a eu lieu au nord Mali entre militants islamistes et soldats français. Il confirme la mort d'un légionnaire français ainsi que celle de plusieurs "terroristes".

C'est le deuxième soldat français tué dans l'opération Serval au Mali. Un pilote d'hélicoptère avait été tué durant les premiers jours de l'intervention française.

Il a fait cette déclaration alors qu'il visitait le lycée français d'Athènes.

L'accrochage a eu lieu dans le massif des Ifoghas, dans la région de Kidal. Selon le président français, l'opération de sécurisation dans cette zone est toujours en cours.

Le légionnaire tué est le sergent-chef Harold Vormezeele, a précisé le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian dans un communiqué.

En visite à Paris, le premier ministre malien Diango Cissoko a déclaré que "les opérations militaires d'envergure arrivent à leur terme". Il a en outre ajouté que les exactions présumées de l'armée malienne "doivent être sanctionnées", si elles sont avérées.

Pour sa part, le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, a déclaré qu'il restait des "opérations dures" à mener. "Les terroristes n'ont pas tous été réduits", a-t-il précisé.