Mali: attentat-suicide près de Tessalit

Des sodats français sur le tarmac de l'aérodrome de Tessalit.
Image caption Des sodats français à l'aérodrome de Tessalit.

Un attentat-suicide à la voiture piégée a fait au moins cinq morts dont deux kamikazes vendredi matin à Inhalil, près de Tessalit, dans le nord-est du Mali, près de la frontière algérienne.

Cette action terroriste qui s'est produite à 06H00 en T.U. visait un camp des combattants du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touareg).

Il y a eu trois morts, et quatre blessés graves dans les rangs du MNLA et parmi les civils", selon une source sécuritaire malienne.

Un responsable du MNLA à Ouagadougou, Mohamed Ibrahim Ag Assaleh, contacté par l'agence AFP, l'a confirmé.

Deux véhicules ont tenté de forcer leur entrée dans le camp.

L'un a explosé avant de parvenir jusqu'au camp, tuant le conducteur kamikaze.

Le second a explosé dans le camp.

Trois autres véhicules ont été incendiés par le souffle des explosions".

Le responsable du MNLA a accusé le groupe islamiste Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao), d'être à l'origine de cet attentat.

Un communqué de l'état-major de l'armée française a annoncé jeudi qu'une trentaine de jihadistes avaient été tués depuis le début de l'opération, lancée en début de semaine, pour déloger les islmaistes de l' Adrar des Ifoghas dans le nord-est du Mali.

Lundi l'armée française, interrogée sur une éventuelle collaboration avec les rebelles touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) présents dans la région de Kidal et Tessalit, a déclaré "se coordonner" effectivement avec "les groupes qui ont les mêmes objectifs" que Paris.

Le MNLA, qui avait lancé une offensive en janvier 2012 dans le nord du Mali contre l'armée malienne avec les groupes islamistes armés, en avait très vite été évincé par eux des grandes villes de Gao, Tombouctou et Kidal.

Il est réapparu dans le berceau des Touareg des régions de Kidal et Tessalit à la faveur de l'intervention française contre les islamistes armés liés à Al-Qaïda qui a commencé le 11 janvier.