Kenya: "Pas de fraude électorale"

  • 7 mars 2013

Le président de la commission électorale, Isaack Hassan, a assuré que le décompte des voix n'était pas entaché de fraude, rejetant ainsi les accusations formulées par le camp de Raila Odinga, l'un des deux principaux candidats à l'élection présidentielle de lundi.

Image caption Le taux de participation à la présidentielle se situe autour de 70 pour cent.

"En aucune façon, il n'y a moyen de trafiquer les résultats", a déclaré Isaack Hassan.

L'équipe de Raila Odinga avait appelé à l'arrêt du dépouillement, au motif que les choses n'étaient pas claires.

"Nous avons des preuves que les résultats que nous avons reçus ont été trafiqués," a déclaré Kalonzo Musyoka, colistier de Raila Odinga.

Kalonzo Musyoka a toutefois précisé qu'il n'appelait pas à des manifestations de rue.

Le lent décompte des voix de la présidentielle créé un climat de suspicion.

Le système électronique, caractérisé par des ratés, a été abandonné au profit d'un comptage manuel.

Uhuru Kenyatta, inculpé de crimes contre l'humanité, dispose d'une confortable avance sur Raila Odinga après le dépouillement de plus de la moitié des suffrages exprimés.

Initialement prévu pour le 11 avril, son procès devant la Cour pénale internationale a été remis au 9 juillet.

Fils de Jomo Kenyattta, le tout premier président du Kenya indépendant, Uhuru Kenyatta est accusé d'avoir joué un rôle majeur dans les violences post-électorales de 2007-2008.

Au total, huit candidats sont en lice pour cette présidentielle organisée en même temps qu'une série d'autres scrutins.