Référendum constitutionnel au Zimbabwe

Robert Mugabe
Image caption La nouvelle Constitution n'empêchera pas Robert Mugabe de se présenter à la prochaine élection présidentielle.

Les Zimbabwéens sont conviés à se prononcer aujourd'hui, par un référendum, sur une nouvelle Constitution.

Prévu dans les accords de sortie de crise de 2008, ce texte réduit les pouvoirs du président et supprime le poste de Premier ministre.

La victoire du "Oui" semble acquise, car souhaitée par les deux principaux leaders politiques, Robert Mugabe et Morgan Tsvangirai.

Le nouvelle Constitution, soumise à l'approbation des 5 millions d'électeurs, est plus libérale.

La liberté individuelle, la liberté de conscience et à la liberté d'expression sont proclamées. Le texte interdit la détention sans motifs, la torture et le travail forcé.

Il interdit également le mariage homosexuel.

Si le "Non" l’emportait, la Constitution actuelle restera en vigueur et servira à l’organisation des élections générales prévues en Juillet prochain.