La France confirme la mort d'Abou Zeid

Image caption La mort de l'islamiste algérien Abou Zeid avait été annoncée le 1er mars par le président tchadien Idriss Déby.

Les autorités françaises ont confirmé, samedi, la mort du chef islamiste d'Abdelhamid Abou Zeid dans des combats dans le nord du Mali.

Abou Zeid est considéré comme l’un des principaux chefs d’Al-Qaeda au Maghreb islamique.

Les troupes tchadiennes qui combattent aux côtes des Français au Mali avaient annoncé, début mars, avoir tué Abou Zeid ainsi que l’un de ses lieutenants, Mockhtar Belmokhtar dans des combats dans le massif des Ifoghas.

‘‘Le président français François Hollande confirme de manière certaine la mort d'Abdelhamid Abou Zeid survenue lors des combats menés par l'armée française dans l'Adrar des Ifoghas au Nord du Mali, à la fin du mois de février", a annoncé samedi la présidence.

"Cette disparition de l'un des principaux chefs d'Aqmi marque une étape importante dans la lutte contre le terrorisme au Sahel", ajoute la présidence française dans un communiqué.

Le journal français Le Monde avait tantôt annoncé que des tests ADN ont permis de confirmer avec certitude la mort d’Abou Zeid.

La mort de Moukhtar Belmokhtar dit "Le Borgne" n'a toujours pas été confirmée.

Depuis plusieurs semaines de violents combats opposent les troupes françaises et tchadiennes contre des combattants islamistes retranchés dans le massif malien des Ifoghas aux confins de l’Algérie.