Arrestation d'un présumé génocidaire

  • 3 avril 2013
genocide
Le génocide de 1994 avait fait quelque 800 000 morts.

La police française a arrêté, mercredi, dans la ville de Toulouse, en France, un Rwandais soupçonné d'implication dans le génocide de 1994 dans son pays.

Il est reproché à Tito Barahira d'avoir joué un rôle important dans un massacre de Tutsis à Kabarondo, une ville dont il était le maire à l'époque des faits.

Monsieur Barahira est l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par la justice du Rwanda en 2009.

Kigali dit vouloir le juger pour complicité de génocide, incitation au génocide et crimes contre l'humanité.

La France qui s'est, jusqu'à présent, montrée hostile à une extradition de Tito Barahira, l'avait remis en liberté après une première arrestation en mars 2011.

La justice française pourrait décider de juger Tito Barahira, en vertu du principe de la compétence universelle.

Le 29 mars, elle avait fait cette option en renvoyant devant la cour d'assises de Paris, Pascal Simbikangwa.

Cet ex-capitaine de l'armée rwandaise avait été arrêté à Mayotte en 2008 pour complicité de génocide.