RCA: vers une transition de 18 mois

  • 4 avril 2013
Le président Tchadien, Idriss Deby
Image caption Le président Tchadien, Idriss Deby.

Les chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats d'Afrique Centrale (CEEAC) ont recommandé mercredi, à l’issue d’un sommet extraordinaire à N’djamena au Tchad, la tenue d’une transition de 18 mois en Centrafrique.

L’actuel homme fort du pays avait indiqué que cette période s’étendra sur 3 ans.

Les chefs d’Etat ont aussi proposé la désignation d'un collège exécutif et d'un organe chargé en particulier d'élaborer une nouvelle constitution.

Le collège devra être élu par « les force vives de la nation » et aura à sa tête un président élu.

Le sommet a jugé « impossible de reconnaître un président autoproclamé » faisant ainsi allusion à Michel Djotodia, qui avec ses forces rebelles de la Séléka ont renversé, il y a plus de 10 jours, François Bozizé.

Les ministres des affaires étrangères de la CEEAC doivent se rendre ce jeudi à Bangui pour relancer les concertations en vue de l'application de cette feuille de route.

Le président tchadien Idriss Déby a par ailleurs démenti avoir soutenu les rebelles pour renverser François Bozizé.

L’ancien chef de l’Etat centrafricain a accusé, dans une interview accordée mardi à la BBC, le Tchad d’avoir aidé les forces de la Séléka.

Idriss Déby a également annoncé le retrait des forces sud-africaines, qui ont soutenu le président Bozizé, et dont la présence à Bangui est critiquée tant en Centrafrique qu’en Afrique du Sud.